Tous les articles taggés : restaurant

La Divina Commedia

Ici, nul besoin de traverser l’Enfer ou le Purgatoire : on atteint directement le Paradis, à la faveur de plats hauts en saveurs, simplement mais parfaitement exécutés à partir d’ingrédients de grande qualité.

Publicités

Une soirée à Molitor

Monument Art Deco, elle fut la piscine la plus courue du tout Paris durant 60 ans. Il faut dire que tout, ou presque, se passait ici : de l’apparition du premier bikini aux défilés de mode, des galas, d’inoubliables soirées…  Presque totalement détruite en 2012 (à l’exception d’une façade et de quelques éléments), Molitor renaît 2 ans plus tard en conservant sa personnalité. Mais ne vous attendez pas pour autant à trouver un lieu 100 % art deco, qui serait resté « dans son jus » : le nouveau Molitor est un dosage (réussi ou non selon les goûts) entre un fastueux héritage et du contemporain tendance street art. Il faut sans doute y voir un clin d’œil aux années ’90 durant lesquelles Molitor, totalement laissée à l’abandon, fut investie par plusieurs street artists qui l’ont intégralement recouvert de graphs et de tags. La piscine, désaffectée, a même été le lieu d’une rave party de 5 000 personnes en avril 2001 ! Ayant eu la chance, en 2015, de participer à une réunion de travail dans ce cadre sublime, je …

Conscious eating

Dans un précédent article, nous avons parlé de Vegebowl, ce restaurant végétarien qui propose pourtant du poulet aux noix de cajou, une salade de crevettes ou des nems au porc ! Son secret : le seitan, un aliment issu de la protéine de blé, contenant donc 1/3 de protéines, de la vitamine B2 et du fer, quasiment aucune graisse, et pas de cholestérol ni purines. Il se prête surtout à toutes formes de préparations et transformations, c’est pourquoi on peut lui donner une texture et une saveur de jambon, de crevette, de poulet… Cette expérience est intéressante car elle peut nous faire réfléchir à ce que nous mangeons : que voulons-nous pour notre corps ? De quoi avons-nous besoin et de quoi avons-nous envie ? Un nombre croissant de personnes se tournent vers le végétarisme suite à cette prise de conscience. En leurs temps déjà, Léonard de Vinci, Voltaire, Charles Darwin, Victor Hugo, George Sand, Franz Kafka et Albert Einstein avaient choisi d’être végétariens… Ce n’est peut-être pas si bête 😉 Sur son site, Philippe …

Lumineuses « Ombres »

Il vous faut tout d’abord vous élever de 5 étages… et là, l’une des plus belles vues de Paris vous attend. Rien de vertigineux ou de clinquant, tout en sobriété et raffinement. À votre droite, les toits de Paris, coiffant de beaux immeubles haussmanniens en bord de Seine, à votre gauche, majestueuse, la tour Eiffel déjà parée de ses lumières d’or… Vous êtes aux Ombres, le restaurant du musée du quai Branly ! La structure de son toit de verre, avec ses poutrelles d’acier, n’est pas sans rappeler l’architecture de l’imposante voisine, toute proche… Elle scintillera toutes les heures, pour ponctuer cette belle et bonne soirée. Côté saveurs, les Gambas à la coriandre en ravigote de topinambour, qui ouvrent les agapes, sont intéressantes, mais doivent s’effacer bien vite devant la révélation/découverte de la soirée : un Filet de Daurade royale en feuille de banane et sauce “soyo”. Amateur de cuisine thaï, je n’en suis pas à ma première cuisson en feuille de banane, mais la découverte réside dans la fameuse sauce soyo, qu’il fallait verser sur …

Minipalais, maxiplaisirs

     Découverte il y a un an, cette adresse singulière est à présent parfaitement rodée : le Minipalais est un restaurant / tea room / café / bar lové dans une aile du Grand Palais, qui impressionne par ses volumes et son cadre… La salle est aménagée comme un atelier d’artiste, l’accueil et le service sont extrêmement prévenants sans être ampoulés. Cette fois, nous étions à l’intérieur, mais il est vrai que dès les beaux jours, il faut plutôt profiter de la « terrasse » unique en son genre : un péristyle de 300 m2 avec ses colonnes impériales, face au Petit Palais ! Côté saveurs, des valeurs sûres mais aussi une certaine originalité. La carte est signée Eric Frechon, les plats sont parfaitement exécutés : œuf mollet frit sur une brioche au lard, asperge et parmesan, petites sardines au beurre d’algue, terrine de boudin noir, cabillaud au tamarin et bouillon thaï, poisson en croûte d’amande sur un lit de tétragone, salade de pomme verte et framboises… J’ai appris à cette occasion que l’autre nom de …