Tous les articles taggés : carnet

PoétiCadeau n°3

On connaissait le cahier de chant, le champ de coton, mais pas le cahier de coton… Ce poéticadeau prouve qu’il existe ! Cet objet de la ligne 13 de Maison Martin Margiela est le pendant parfait de la jolie plume dont j’ai parlé précédemment. D’un facture impeccable, ce cahier d’apparence très sage s’ouvre et dévoile des pages… en tissu ! De quoi écrire sans craindre les taches d’encre et sans perdre la trame de l’histoire… Peut-être même qu’en cas d’erreur ou d’insatisfaction, le texte s’efface après un passage à 30° en machine ! Publicités

Carnets 6/6

Carnets à toucher… Grainés, en velours, en peau, en carton embossé, en cuir souple, en carton vernis, en tissu : la texture du carnet, c’est important, car avant d’y consigner ses pensées, on l’ouvre de nos mains. Mention spéciale pour le petit carnet en haut, au centre : en plus d’être le plus petit de ma collection (6 x 8 cm), il est admirable à plusieurs niveaux : couverture rembordée, embossée, vernie avec inclusion de paillettes rouges, excellent papier intérieur, marque page avec une breloque en métal, petite pochette à soufflet et élastique. Il est issu de la collection « Carnets d’Orient », éditée par Clairefontaine. J’espère que vous avez aimé cette « semaine carnets ». Moi, comme tout bon collectionneur qui se respecte, je ne peux m’empêcher de penser : « Finalement, il n’y en a pas tant que ça ! »…

Carnets 5/6

Carnets de passions, bis ! Adorateur de typographie et inexplicablement subjugué par la tour Eiffel, me voilà servi… On trouve aussi un souvenir des couvertures de cahiers de notre enfance (déclinés en rouge, bleu, vert, orange, gris, et violet), des cartons à dessins… En bas à droite, un carnet rechargeable en métal, qui m’a longtemps accompagné au quotidien. En bas, un carnet absolument pas sataniste, mais qui était offert avec un jeu de tarot divinatoire !

Carnets 4/6

Carnets de passions… Celui qui arbore une belle libellule est voué à consigner des rêves (qu’ils soient nocturnes ou parfaitement éveillés !). Les 3 carnets marron m’accompagnent dans mon travail, pour noter, exprimer, comparer, raturer (dommage), créer… Le carnet bleu est destiné à recevoir des haïkus de ma composition, mais seulement des « brillants », alors il n’y en a pas encore 😦 Mais le plus intéressant, ce sont les carnets Calepino : là encore, c’est une histoire de passion. À la tête de cette petite entreprise, un monsieur authentique et sympathique, qui a repris une imprimerie traditionnelle et réalise (entre autres) des carnets « à l’ancienne », sur presse. Ils se commandent sur son site. Le papier est d’excellente qualité (un aspect trop souvent négligé dans les carnets) et le prix raisonnable. Personnellement, j’adore !

Carnets 3/6

Attention, carnets chics ! Cuir, tons ivoire ou parcheminés, ors, gravures et vernis, coutures… Le tout sous le regard bienveillant de Dickens (la signature !). Mais tout ce luxe n’empêche pas de s’encanailler, alors vous y trouverez aussi un petit carnet du Lido… 😉